• tuvasbien-mag.fr

Aiffres - Niort

Approchant aujourd’hui les 6.000 habitants, la commune d’Aiffres constitue la seconde entité urbaine de la première couronne niortaise après Chauray.


Elle est située au sud-est de Niort autour de la route qui mène à Prahecq et, au-delà, à Brioux sur Boutonne. Elle est traversée par la Guirande, affluent de rive gauche de la Sèvre niortaise, longtemps capable d’inonder le bas de la commune pendant l’hiver et souvent à sec en plein été.


L’endroit fut habité dès l’époque gallo-romaine puisque l’on y trouva des restes d’un village lors de la construction de l’autoroute A10 qui traverse la commune de part en part.


L’époque de la féodalité y a laissé quelques traces avec la présence de mottes féodales au cœur du bourg mais surtout à Mairé où subsiste un bel exemple de ces installations de défense en bois entourée de douves qui annoncent l’époque des châteaux forts. Mais de ceux-là, il ne reste rien.


Essentiellement agricole et rurale, la commune s’agrandit en 1836 par l’annexion de la commune voisine de Saint-Maurice de Mairé dont subsiste aujourd’hui encore une modeste église désaffectée et privatisée sous la Révolution.


Elle compte 759 habitants en 1820 et pendant 60 ans la population continue de progresser jusqu’à un maximum de 1137 personnes en 1880. Mais à la fin du XIXe siècle et pendant une quarantaine d’années au XXe siècle, l’exode rural fait tomber la population aiffricaine à 932 habitants en 1940. Et ce n’est pas la création d’une usine de chaussures dans les années 20 qui peut inverser le mouvement.


À la fin de la seconde guerre mondiale, le redressement démographique commence à s’opérer par l’effet de la proximité de Niort. L’implantation d’un immense lotissement piloté par la société anonyme d’HLM à partir de 1974 bouleverse l’urbanisation de la commune avec la construction de 362 maisons individuelles dans ce nouveau quartier baptisé Fief Chevalier. De ce fait la population bondit, passant de 1861 habitants en 1975 à 3756 cinq ans plus tard. Aiffres s’installe dans un rôle de banlieue dortoir dont elle ne s’est pas départie aujourd’hui malgré la présence de quelques entreprises, telle la chocolaterie Huvelin.


Sur le plan patrimonial, la commune d’Aiffres possède une rare curiosité, à savoir une croix hosannière dont la fonction était éclatante au moment de la fête des rameaux, puisque sur sa tablette on déposait le rameau (ozanne en patois) de buis béni. Datant du XIIe siècle, elle mesure 12 m de haut. Bâti sur un socle carré, son fût est constitué de quatre colonnes engagées surmontées d’une croix.

Elle est située dans le cimetière à quelques mètres de l’église Saint-Pierre, bâtie à l’époque romane et modifiée à l’époque gothique et qui conserve quelques petits chapiteaux romans.

Michel Chaumet

Historien, spécialiste de la seconde guerre mondiale et coauteur de l’Histoire de Niort


1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout